Pour le meilleur ou pour le pire, la plupart de l’essence que vous pouvez acheter dans les stations aux États-Unis a été “oxygénée” avec une sorte d’additif depuis une série d’amendements apportés au Clean Air Act dans les années 1990. L’idée est d’aider l’essence à brûler plus complètement, et donc de réduire les émissions nocives. Le dernier additif en date est l’éthanol, qui – sans entrer dans les débats politiques et environnementaux sur son efficacité – peut être utilisé dans les véhicules à injection de carburant qui fonctionnent régulièrement et qui sont conçus pour utiliser jusqu’à 10 % d’éthanol (85 % dans les véhicules flex-fuel).

En revanche, le carburant oxygéné à l’éthanol n’est pas très adapté aux véhicules qui restent entre deux utilisations et/ou aux moteurs à carburation, comme celui de votre moto de dirt ou de votre ancienne moto. L’éthanol est de l’alcool, et l’alcool est corrosif pour certaines pièces des anciens systèmes de carburant. L’alcool est également “hygroscopique” et aime l’eau.

Ainsi, lorsque de l’eau entre dans le carburant lors d’un plein ou par condensation, elle peut se mélanger à l’éthanol, créant un mélange chimique qui provoque de la rouille, de la corrosion, des acides et du vernis collant qui font des ravages dans les systèmes de carburant, en particulier les carburateurs. L’éthanol peut même provoquer l’assèchement, le durcissement et la détérioration prématurée des pièces en caoutchouc et des conduites de carburant.

Les alternatives sont peu nombreuses – à moins que vous n’ayez la chance d’avoir un fournisseur de carburant ou une station-service près de chez vous qui vend de l’essence sans éthanol (voir pure-gas.com ou buyrealgas.com), ou que vous soyez d’accord pour payer 15 à 18 dollars le gallon d’essence sans éthanol en bidon chez un revendeur (voir vpracingfuels.com), la plupart d’entre nous sont coincés à acheter de l’essence oxygénée avec 10 % d’éthanol.

Là encore, votre véhicule moderne à injection de carburant, que vous stockez dans un endroit sec et que vous faites fonctionner au moins deux fois par mois, ne risque pas de subir d’effets néfastes, mais que doit-on faire de son vieux vélo à carburateur (ou de son bateau, de sa tondeuse à gazon, de son coupe-bordures, de son générateur, etc.)

Le conseil le plus simple et le plus judicieux que je puisse vous donner est… ne les laissez pas s’asseoir. La durée de conservation de l’essence non stabilisée contenant de l’éthanol est d’environ un mois. Faire fonctionner vos véhicules chaque semaine – ou deux au maximum – jusqu’à ce qu’ils soient complètement chauds est le meilleur moyen d’éviter les problèmes de livraison de carburant.

Lorsque vous ne pouvez pas les faire fonctionner, voici ce que je fais pour minimiser (et non pas éliminer !) les problèmes de ma petite collection de vélos, et de mon générateur, de mon coupe-fil et de ma tondeuse à gazon, et même du carburant de réserve en bidon.

A moitié plein, à moitié vide

Sur les vélos à carburateur avec des réservoirs de gaz en acier, la moitié du système de carburant doit être vidée, et l’autre moitié maintenue pleine. Les carburateurs et leurs minuscules passages d’air et jets peuvent se boucher avec du carburant vieilli qui se détériore en vernis collant avec le temps.

Comme les pièces internes des carburateurs sont en aluminium non ferreux, en laiton, en plastique et en caoutchouc qui ne rouillent pas, s’il est pratique de les vidanger (coupez d’abord l’essence manuellement ou cherchez une vanne de type aspirante qui est fermée lorsque la moto est en marche), c’est la meilleure solution pour un fonctionnement sans problème lors du remplissage.

On sait que les joints toriques et les joints d’étanchéité sèchent et fuient lorsque les carburateurs sont laissés à sec pendant très longtemps, mais cela est moins probable que des jets bouchés ou pire encore s’ils sont laissés humides.

Certains carburateurs ont un boulon de vidange dans le fond de leur bol à flotteur, d’autres ont une vis de vidange. Ne serrez pas trop les deux et ne vidangez les carburateurs (dans quelque chose, s’il vous plaît, et pas seulement sur le vélo et le sol) que lorsque le vélo est éteint et froid. Ne faites pas tourner la moto avant qu’elle ne meure pour aspirer le reste, car cela peut entraîner la saleté et les débris du fond du bol à flotteur dans le carburateur.

Une fois, j’ai acheté une Honda multi qui avait été stockée dans une cave pendant 15 ans avec les carburateurs vidés et le carburant stabilisé conservé dans le réservoir, et elle ne rouillait pas et fonctionnait sans carburateur. Si vous faites attention, il n’y a pas de raison que vous ne puissiez pas remettre du carburant neuf et propre dans le réservoir.

Les réservoirs en acier des vélos à carburateur ou à injection peuvent rouiller à l’intérieur, il est donc préférable de les laisser au moins remplir ¾ de carburant auquel vous avez ajouté du stabilisateur. Certains modèles plus récents ont un réservoir en aluminium ou en plastique recouvert de plastique, auquel cas c’est à vous de décider, mais assurez-vous de le stabiliser si vous laissez du carburant dans le réservoir. Dans les environnements très humides, je garderais toujours un réservoir en aluminium plein.

Les systèmes d’injection de carburant semblent beaucoup moins sensibles aux ravages du carburant périmé, et une fois remplis de carburant stabilisé, ils sont presque sans souci. En fait, certains fabricants mettent en garde contre le fait de faire fonctionner leurs vélos EFI entièrement sans carburant.

Si vous ne pouvez pas vider les glucides, après avoir ajouté du stabilisateur au carburant dans le réservoir, faites rouler la moto assez longtemps pour vous assurer que le carburant stabilisé les a remplis, puis arrêtez la moto et le robinet. J’emporte une petite bouteille de stabilisateur avec moi lorsque je sors un de mes vélos les moins utilisés, et je l’ajoute à la station-service avant de rentrer chez moi.

L’ajout de stabilisateur est une autre solution ; il est impossible de faire un surdosage (raisonnable) avec les produits mentionnés ci-dessous. Toutefois, la présence de carburant stabilisé dans les carburateurs ne garantit pas qu’ils ne souffriront pas de passages ou de jets bouchés, et vous devriez continuer à faire rouler les vélos ainsi entretenus au moins toutes les trois semaines.

Le plus souvent, il s’agit d’une simple assurance que vous n’aurez pas besoin d’un service coûteux – comparez le coût du gaz de course et/ou du stabilisateur sans éthanol à celui d’un carburateur à reconstruire et le premier commence à avoir un sens économique.

Assurez-vous simplement de faire tourner le moteur jusqu’à ce qu’il soit complètement chaud (pour brûler l’eau et les contaminants présents dans l’huile et les gaz d’échappement). Pendant que vous y êtes, pompez la fourche et les amortisseurs et faites fonctionner les freins, l’embrayage et le levier de vitesse pour que les joints restent souples et lubrifiés.

Une relation stable

Un bon allié dans la lutte contre le mauvais gaz et les problèmes de livraison de carburant est le stabilisateur de carburant. Ils ne sont pas infaillibles, mais nous en avons trouvé trois qui donnent des résultats cohérents avec les motos : le traitement enzymatique du carburant Star Tron, le conditionneur et stabilisateur de carburant Spectro FC Premium et le traitement tout-en-un du carburant Bel Ray.

Il y en a d’autres, mais nous penchons pour ceux-ci simplement parce qu’ils incluent les motos dans leur littérature et leur FAQ et cela nous donne une sensation de chaleur et de flou. Tous font de nombreuses allégations sur leur efficacité que nous n’avons aucun moyen de prouver ou de réfuter, alors achetez-en et utilisez-les, ou passez des heures à les rechercher en ligne avant de vous contenter d’en acheter et de les utiliser.

Tous proposent des bouteilles et/ou des récipients plus petits avec des dispositifs de mesure intégrés pour faciliter le transport et l’utilisation à vélo.

Le mode d’emploi de chacun d’entre eux vous indiquera la quantité à utiliser, la durée d’utilisation du carburant une fois traité, etc. Il existe des règles générales cohérentes. En général, vous ne devez stabiliser le carburant que si vous ne l’utilisez pas entièrement dans les deux mois (mais les vélos à carburateur doivent toujours être utilisés toutes les deux semaines, comme décrit ci-dessus).

L’ajout d’un peu de gaz neuf ou de stabilisateur à l’ancien gaz ne le renouvellera pas, et l’ajout de stabilisateur à l’ancien gaz stabilisé ne prolongera pas sa durée de vie utile. Le surdosage n’est pas un problème (sauf si vous le buvez, duh), et d’après mon expérience, aucun d’entre eux ne peut guérir un carburateur bouché, quelle que soit la quantité de carburant que vous ajoutez. Le mieux est d’éviter de le boucher au départ.